• APPROCHE - Olivier PROST

7 leçons apprises du COVID-19




Source : https://ecswe.eu/ecswe-adopts-7-lessons-learned-from-the-covid-19-pandemic/


La pandémie COVID-19 a eu de graves répercussions sur les systèmes éducatifs en Europe. Elle a posé des défis aux apprenants, aux enseignants, aux responsables scolaires, aux parents et aux familles, touchant la communauté éducative dans son ensemble. Les fermetures d'écoles sur tout le continent et le confinement prolongé des familles chez elles ont profondément modifié notre façon de travailler, de vivre et d'apprendre ensemble. Même si la crise nous a mis au défi de nombreuses façons et a causé un traumatisme considérable à de nombreux apprenants, elle nous a également aidés à mieux comprendre les aspects clés d'une éducation de qualité qui devraient être pris en compte à l'avenir. À cet égard, nous avons identifié 7 leçons pour la réforme des politiques, la gouvernance scolaire et l'enseignement qui peuvent être tirées de la pandémie COVID-19.


1 - Le bien-être des étudiants doit être au cœur de l'éducation


Une éducation réussie aide les enfants à construire des relations significatives avec le monde. Tous les enfants et adolescents ont besoin d'un environnement d'apprentissage sûr, sain et stimulant pour grandir et s'épanouir. L'enseignement à distance pendant la pandémie COVID-19 a démontré une fois de plus que le bien-être physique, émotionnel et mental des élèves est une condition préalable essentielle au développement personnel et à une éducation de qualité. Si les possibilités d'apprentissage formel peuvent donner un sentiment de normalité dans les moments difficiles, il est essentiel d'éviter une trop forte pression scolaire. Il est possible de soulager le stress en s'en tenant à une routine quotidienne et en encourageant l'activité physique et artistique. Il est également essentiel de fournir un espace sûr aux apprenants pour qu'ils puissent parler des événements traumatisants et des changements de vie et y faire face.

Nous appelons les décideurs politiques à réorienter les politiques éducatives vers la priorité du bien-être de tous les apprenants et le développement de programmes scolaires holistiques. Les écoles devraient également être en mesure de traiter le traumatisme causé par la pandémie COVID-19 en offrant une éducation curative à tous les apprenants qui en ont besoin.


2 - Les personnes d'abord, la technologie ensuite. Pourquoi les relations personnelles sont importantes


Les fermetures d'écoles ont permis à l'apprentissage numérique de faire une percée inattendue. Ses partisans se plaignent vivement du manque de préparation au numérique dans les écoles et appellent à des investissements dans les infrastructures numériques. Cette perspective unilatérale ignore complètement les effets dévastateurs du temps d'écran sur la santé, en particulier celle des jeunes enfants. La pandémie COVID-19 a prouvé qu'un enseignement intensif sur écran ne peut pas garantir un apprentissage durable à long terme. Les écoles Steiner Waldorf ont toujours insisté sur l'importance d'une éducation aux médias adaptée à l'âge et axée sur le développement. Si la technologie numérique est sans aucun doute utile pour certains aspects de l'apprentissage, elle ne peut remplacer l'élément le plus important de l'apprentissage : la rencontre de personne à personne et l'expérience directe de l'enthousiasme des enseignants pour leur travail.

Nous appelons les décideurs politiques à insister sur l'enseignement par présence comme forme régulière de scolarisation. L'enseignement à distance ne devrait être utilisé que dans des circonstances exceptionnelles et comme un outil complémentaire et devrait tenir compte de l'âge et des capacités individuelles de l'apprenant ainsi que de la technologie disponible à la maison. Pour maintenir une relation significative avec le monde et les autres, les méthodes utilisées dans un tel scénario devraient limiter le temps passé devant l'écran en alternant l'apprentissage scolaire avec des périodes d'activité physique et artistique et encourager un échange vivant entre les apprenants.


3 - La confiance dans le professionnalisme des enseignants est récompensée dans les moments difficiles


La pandémie de COVID-19 a forcé une transition rapide et soudaine de l'enseignement en présentiel à l'enseignement à distance. À bien des égards, la crise a montré que l'enseignement est une profession hautement créative et artistique. De nombreux enseignants ont fait preuve de beaucoup d'initiative personnelle et ont développé des solutions innovantes adaptées aux besoins de leurs élèves. Cela exige un grand professionnalisme qui ne peut être atteint que par une réflexion approfondie et la prise de conscience des besoins de chaque enfant, développée par des contacts authentiques réguliers avec les élèves et les collègues. Le meilleur moyen de les développer est d'instaurer un climat de confiance, dans lequel les enseignants se sentent véritablement responsables de leur travail et se sentent soutenus et responsabilisés par leurs collègues.

Nous appelons donc les décideurs politiques à accorder une grande liberté pédagogique aux enseignants tout en encourageant les écoles à mettre en place des structures de soutien adéquates telles que des programmes de tutorat, l'observation au poste de travail, les échanges entre pairs et des outils d'autoréflexion. Des enseignants de confiance travaillant ensemble sont la base d'une adaptation réussie des écoles au changement.


4 - La participation des parents est la clé de la réussite scolaire


Pendant la pandémie COVID-19, les écoles ont soudainement dû compter beaucoup plus sur les parents dans leur rôle clé de premiers responsables des enfants et des adolescents. Tout à coup, de nombreux parents ont dû assumer une responsabilité considérable pour soutenir le processus d'apprentissage de leurs enfants à la maison. Cela a montré une fois de plus à quel point la réussite scolaire et le développement sain des enfants et des adolescents dépendent du soutien des parents. Pour que la voix des parents soit entendue dans chaque école, des canaux de communication fiables entre les écoles et les parents doivent être établis. Bien entendu, les écoles doivent continuer à offrir un soutien direct et personnalisé aux enfants dans le besoin, chaque fois que les parents ne sont pas réceptifs ou engagés.

Afin d'être préparés à des situations exceptionnelles, de maintenir un climat scolaire sain et d'assurer le bien-être physique, mental et socio-émotionnel de chaque apprenant, les décideurs politiques doivent reconnaître le rôle important des parents dans la communauté scolaire. Les politiques éducatives devraient mettre en évidence la nécessité de disposer de canaux de communication clairs et fiables et faciliter un échange régulier et actif entre les écoles et les parents. En outre, les écoles peuvent envisager de nommer un médiateur pour les parents.



5 - L'incertitude économique compromet le choix scolaire des parents


La pandémie COVID-19 a montré que le choix de l'école par les parents dépend trop souvent d'un revenu stable et suffisant. Comme la crise a entraîné une perte importante d'emplois et de revenus, de nombreuses familles ne pourront pas payer les frais de scolarité. Cela pourrait les obliger à retirer leurs enfants de l'environnement scolaire qu'elles ont choisi et qui leur est familier. Dans une situation déjà difficile, un changement aussi profond soumet les enfants à un stress supplémentaire et met leur bien-être encore plus en danger. Lorsque les écoles indépendantes reçoivent un financement public nul ou partiel, l'existence des écoles indépendantes est menacée. Si elles devaient fermer en conséquence, cela rendrait le système moins inclusif et moins diversifié, et les parents seraient privés de leur droit fondamental de choisir leur approche pédagogique préférée.

Nous demandons donc aux décideurs politiques de s'engager durablement à préserver le choix éducatif à tout moment et à garantir que toutes les familles intéressées aient accès à une éducation indépendante, quels que soient leurs moyens financiers. Dans les conditions actuelles, toutes les familles dans le besoin devraient également recevoir un financement d'urgence pour couvrir leurs frais de scolarité.


6 - La mise en œuvre du droit de choix scolaire des parents nécessite un financement durable des écoles indépendantes


Aucune école ne devrait être obligée de fermer ses portes à cause d'une crise économique. Le soutien financier aux écoles indépendantes devrait donc être considérablement augmenté afin de garantir durablement la diversité et l'intégration des choix éducatifs. Déjà en amont de la pandémie COVID-19, le Parlement européen a adopté une résolution (article 76) qui encourage les États membres "en ce qui concerne l'accroissement de l'inclusion et la garantie de la liberté de choix éducatif" à fournir "un soutien financier adéquat aux écoles de toutes catégories et de tous niveaux, tant les écoles publiques que les écoles privées à but non lucratif". Et pourtant, dans de nombreux pays, les écoles indépendantes dépendent encore totalement ou partiellement des frais de scolarité des parents.

Nous appelons donc les gouvernements à fournir aux écoles indépendantes un accès immédiat et facile à un financement d'urgence couvrant leurs pertes actuelles. Plus important encore, un financement public complet devrait être fourni aux écoles indépendantes à tout moment afin de garantir durablement l'égalité, le choix scolaire des parents et la diversité dans l'éducation.


7 - L'autonomie donne aux écoles les moyens d'innover et de s'adapter au changement


La crise COVID-19 a révélé l'immense potentiel d'innovation qui se révèle dans de nombreuses écoles. Là où les écoles avaient la flexibilité nécessaire pour agir de manière indépendante, beaucoup ont pu s'adapter avec succès au changement soudain et fournir des solutions adaptées au contexte local. Cela a particulièrement bien fonctionné lorsque les gouvernements se sont limités à fournir des infrastructures essentielles, des formations et des conseils, ainsi que des possibilités de mise en réseau et un soutien financier d'urgence. En revanche, les directeurs d'école et les enseignants compétents étaient les mieux placés pour relever les défis pédagogiques et organisationnels au niveau local et pour adapter les programmes d'études. En revanche, une approche gouvernementale très normative et centralisée de la gestion des crises, avec une faible autonomie des écoles, aurait été moins fructueuse (voir : OCDE 2020).

Afin de bénéficier de l'immense potentiel d'innovation des écoles, nous appelons les décideurs politiques à accorder une autonomie substantielle aux écoles. Ils devraient être autorisés à développer des formes de gestion scolaire distribuée, à définir des programmes scolaires et à accorder une grande liberté pédagogique aux enseignants. Les autorités devraient se concentrer sur le développement d'une culture de la qualité dans les écoles en offrant aux écoles et aux enseignants des structures de soutien et des possibilités de développement organisationnel et professionnel. Une plus grande liberté pédagogique et une plus grande confiance dans les écoles s'accompagnent de plus de possibilités, de plus de diversité et de plus d'authenticité, au bénéfice de tous les apprenants.



19 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now