• APPROCHE - Olivier PROST

Pour un Etat régalien permettant l'émergence d'une éducation indépendante

Olivier PROST




On voit bien aujourd'hui les limites de la gestion de l'éducation par l'Etat, avec le nombre important d'élèves qui ont des difficultés avec la lecture, l'écriture et le calcul en 6ème.


Quand l'Etat s'est-il donc occupé de l'éducation ?


Historiquement, l'Etat a principalement pris à sa charge l'éducation sous Napoléon 1er.


Cela apparaît nettement dans l'article 2 du Titre Ier du décret impérial du 17 mars 1808 :

Aucune école, aucun établissement quelconque d’instruction ne peut être formé hors de l’Université impériale, et sans l’autorisation de son chef.


Ce faisant, l'Etat a dépassé ses fonctions régaliennes.

En effet, les fonctions régaliennes de l'état sont de définir le droit, de rendre la justice et

d'exercer la sécurité intérieure et extérieure.

L'éducation ne fait donc pas partie des fonctions régaliennes de l'Etat.


En revanche, l'Etat est chargé de veiller à ce que chaque enfant bénéficie du droit d'aller à l'école, car l'Etat est chargé des droits et des devoirs de chaque citoyen, selon le principe de l'égalité.


L'Etat a une fonction de régulation, il n'a pas celle d'enseignant.

S'il choisit tout de même d'exercer cette fonction, alors les enseignants de ces écoles doivent renoncer à leur pouvoir de décision pédagogique, puisque c'est le ministère de l'éducation nationale qui définit les programmes. Ces enseignants deviennent alors des exécutants au lieu d'élaborer eux-mêmes leur enseignement. Cela entraîne régulièrement des conflits entre la base et la hiérarchie, car les enseignants se sentent dépossédés de leur capacité d'initiative et de créativité.


L'Etat devrait se comporter à l'égard des pédagogies et des écoles alternatives, comme il le fait vis-à-vis des religions : il n'en privilégie, ni n'en discrimine aucune.


L'Etat, s'il se désengage de l'éducation, redonne l'autonomie pédagogique aux enseignants et la liberté de choix du personnel au chef d'établissement.

C'est ainsi l'échelon le plus près du terrain qui est à même de mieux s'adapter

aux besoins de chaque enfant, avec un coût réduit.


Par l'instauration du chèque éducation, l'Etat permet à chaque famille de choisir l'établissement de son choix, en étant dégagée de la question financière.


Mais afin d'empêcher que les appétits des multinationales s'aiguisent, il convient dans le même temps de faire passer les écoles sous statut de loi 1901, à but non lucratif.




This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now